Apéro POPulaire #11 : la santé et les corps en détention

Dans le cadre des 25e Journées Nationales Prison, Fiona et Hélène organisent un nouvel Apéro POP pour parler corps et santé en détention, deux thèmes qui se répondent.

Le corps en prison est un corps empêché, mis à l’épreuve. Contraint par l’espace, le temps qui défile et laisse des traces, tout comme les conditions de détention qui impactent les physiques. Le corps de la personne détenue est alors tantôt oublié, en sommeil, tantôt façonné à travers le rituel de l’entrainement sportif.

… des problématiques qu’on questionnera autour de quelques verres à la Maison Bistrot !

Cette soirée est faite pour vous si :

  •  vous n’y connaissez rien de rien mais vous voulez savoir si les détenus portent vraiment des tenues orange comme dans les séries américaines (VENEZ, CE FORMAT EST FAIT POUR VOUS !)
  • vous êtes un spécialiste et vous êtes frustré du peu d’espace de débat citoyen sur la question
  • vous avez envie de passer un bon moment : rencontrer des personnes sympathiques et avoir un bon alibi pour échanger.

Venez comme vous êtes, avec quelques euros en poche pour siroter la boisson de votre choix et grignoter.

Pour venir :

Quand ? Le jeudi 22 novembre à 19h30

Où ? Le Maison Bistrot, 65 boulevard de la Villette 75010

Les Journées Nationales Prison, c’est quoi ?

Les JNP visent à sensibiliser le grand public aux thématiques carcérales à travers de nombreuses manifestations et évènements : conférences, colloques, projections de films, expositions, ateliers de théâtre… Chaque année, les associations organisatrices s’inspirent d’un thème différent pour interpeller le public.

L’amélioration des conditions de détention et la réinsertion ne peuvent aboutir qu’avec le soutien d’une opinion publique bien informée, d’où l’importance de ces Journées Nationales Prison, mises en place cette année pour la première fois dans plusieurs pays d’Europe.

Un Apéro POPulaire en quoi ça consiste ?

Ces rencontres ont pour objectif d’amener les citoyens à débattre, dans un cadre convivial et décontracté, des problématiques carcérales et d’isolement. Plus qu’une simple formule, l’éducation populaire c’est une façon de concevoir l’espace de débat, par petites table de 6/7 personnes maximum en invitant les participants à se mélanger. En privilégiant l’horizontalité des échanges, il permet à chacun de forger sa conscience politique. Il n’y a donc pas un « sachant » qui va enseigner aux « apprenants » mais un ensemble de citoyens, de préférence le plus divers possible, qui vont développer leur esprit critique.