Notre tout premier week-end de travail

On est mi-novembre, il fait froid, on vient de changer d’heure et le fêtes semblent encore loins. Quoi de mieux qu’un bon petit week-end de travail pour se remettre d’aplomb ? Pendant deux jours, on s’est retrouvé à 25 pour mettre en commun toutes les initiatives de l’année 2019 et préparer nos projets à venir ! Voici un peu ce qu’on y a fait…

Champ libre s’exporte dans les hôpitaux psychiatriques

Juillet 2019 : nous embauchons Madjid Saidj et Yohan Gonthier pour une mission de trois mois. Notamment : réaliser des entretiens avec des structures dans lesquelles Champ Libre pourrait intervenir. Avec un groupe de bénévoles porté par l’envie de diversifier nos lieux d’actions, ils ont été à la rencontre de personnes qui travaillent en foyers pour migrants, pour mineurs isolés, pour femmes isolées, en centres d’accueil pour personnes sans domicile fixe, et en hôpital psychiatrique. Suite à ces entretiens très riches et des discussions en interne, nous avons décidé de commencer en 2020 par un partenariat avec le Lab’Ah et des premières actions en CATTP.

Notre prochain challenge : nous former ! Si vous connaissez des gens qui travaillent dans le milieu et seraient motivés pour nous rencontrer, n’hésitez pas.

Une charte de communication

On ne s’en était pas rendu compte jusque là mais quand on s’est tous retrouvé autour de la table pendant le week-end, on a pu voir qu’on commence à former une belle cohue. Pour fluidifier nos échanges et ne pas démultiplier les outils, on a travaillé sur notre Charte de Communication Interne, outil indispensable pour tous nouveau/nouvelle bénévole.

Mesurer notre impact et améliorer nos actions

Un autre groupe de bénévoles travaille depuis juin à la mise en place d’un questionnaire d’impact social, enfin prêt ! On a profité du week-end pour présenter le résultat et expliquer plus en détail comment prendre en main l’outil. Un grand merci à l’équipe d’Improve qui nous a aidé à monter le questionnaire. Il sera distribué pendant les ateliers en détention pendant un an, et nous devrions avoir les résultats prêts pour l’Assemblée Générale 2021 !

Mettre en place des projets d’accompagnement

Le week-end a aussi été l’occasion de faire un bilan, un an après les premiers ateliers à Poissy sur le projet Robins des murs. Nous avons réfléchit ensemble aux challenges à venir et comment s’y préparer : on s’est divisé en groupes de travail et soumis nos propositions.

Et… apprendre à mieux se connaître !

Je parie que vous n’êtes pas nombreux à savoir que Jean prend Montmartre pour une verrue, que Mai-Lien aime les pates de poulet au vinaigre, qu’Elsa est presque imbattable au jenga, que Mathilde a participé à des rallyes bourgeois à Londres, que Fiona a faillit être docteur, qu’Irène a peur des fantômes, que Gaëlle n’écoutera pas Lady Gaga dans les calanques, que Claire-Lise est très bonne mime grâce à ces chevilles, que Manon a faillit se faire emprisonner en Syrie, que Lola n’a pas de frigo, que Marie deviendra prof de philo, que Pauline est mauvaise perdante, que Léonard a peur de la mer la nuit, que Mélisande est « intellectuellement sur l’échelle de Bourdieu », qu’Aude peut vous donner des infos sur le slip chauffant, que Mathilde triche au Times-Up, que Patrick fait le chinois pour prendre des gens en photo, qu’Angélique a faillit mourir en rafting, que Marianne aime beaucoup les cornichons, et que Camille, elle, maîtrise clairement les règles du Times Up.

Et ce week-end servait aussi à ça.

PS – Si vous cherchez un lieu, n’hésitez pas à contacter Solange de la Ferme de la Montagne, une hôte merveilleuse qui accueille dans une ancienne abbaye pour femmes reconvertie en Ferme puis gîte, près de Soissons.

Retour sur le week-end en image !

Merci une fois de plus à Ozwalt pour toutes ses belles photos.